Comprendre le système éducatif des universités en Suède #1| L’organisation des cours

Ah, s’il y a bien un élément que j’ai dû réexpliquer des millions de fois à mon entourage ou à des personnes m’interrogeant sur la suède, c’est bien le système d’organisation des cours en Suède. C’est pourquoi je me propose d’éclaircir à nouveau tout cela. Appelons ça un ‘guide de survie’ en quelque sorte.

1) Adieu à tes à priori tu feras

Pour commencer, il faut d’abord complètement effacer l’image qu’on a en tête, celle des cours en France. Ça parait évident mais ça sera utile pour la suite.

2) Plusieurs cours simultanément tu n’auras pas

Tout d’abord, pour faire simple, en Suède c’est un cours à la fois. Le système est prévu pour que : on ait le même cours pendant plusieurs semaines (souvent un mois), on passe les examens du cours, puis c’est fini, et on passe à un autre. Point. C’est va, résumé comme cela, j’espère ?

Les cours s’enchaînent donc et n’ont surtout pas pour vocation d’être cumulés, superposés. Ne tentez pas le diable en faisant ça, croyez-moi, vous risquez de le regretter (sauf pour ceux à moindre proportion, mais on verra ça un peu plus tard dans cet article). Ce qui veut dire que, lors de la sélection des cours à l’inscription, il faut aussi faire attention aux dates de début et d’échéance de chaque cours, de manière à ce qu’ils ne se chevauchent pas.

‘Un cours à la fois’ ne veut pas forcément dire ‘un dont l’assimilation est plus facile’. Ça veut dire un concentré intense d’un même cours sur quelques semaines. Ça veut également dire un concentré d’articles à lire, y compris dans les filières que l’on pourrait qualifier de ‘sciences dures’ comme la physique.

3) A la proportion de tes cours tu feras attention

Ensuite, il faut également faire attention au concentré des cours. Car en effet : chaque cours a une proportion différente. Il y a les cours à 100% (le plus courant et classique), mais aussi à 50% ou encore 25%. Plus le pourcentage sera bas, plus le cours sera étiré dans le temps et donc cumulable avec une autre activité (de loisir ou une professionnelle), ou éventuellement avec un autre cours.

Ça va jusque-là ? Parce que ce n’est pas encore fini.

En conséquences de ces premières caractéristiques (cours isolés, à proportion variables, et qui s’enchainent)…eh bien, quelque chose manque… Ou change, plutôt.

Non, vous ne voyez toujours pas ? Attendez, c’est à venir à l’instant…

4) Ta notion de ‘vacances’ en soi tu reverras

En Suède, à l’université, on n’a pas de vacances. Ou du moins, c’est ainsi que j’aime le résumer. Je m’explique.

Pour rappel (encore une fois), les cours sont faits pour s’enchainer un par un. Et, l’enchainement est à prendre au sens littéral du terme. Ce qui veut dire que vous n’avez pas de pause entre les cours. Sans transition (oui, j’insiste dessus).  Il m’est arrivée plusieurs fois de finir l’examen final un jour pour ensuite commencer le cours suivant le jour d’après, sans même le weekend entre temps. Et cet enchainement est aussi valable entre le premier est deuxième semestre.

Et lorsque j’ai interrogé certains suédois au sujet des ‘vacances’ universitaires ici…eh bien ils ont été bien embêtés. Difficile de me répondre clairement sur le sujet. Et pour cause, ici, la notion de ‘vacances’ à proprement parler telle qu’on la connait communément en France (ou même, telle que scolarisation primaire suédoise)…parait inexistante.

Il s’avère qu’en Suède, pour les universités, il n’y a pas de ‘vacances officiels’. Mais simplement des jours fériés parsemés dans l’année. Donc pas d’enchainement de jours de ‘pause’ prévues officiellement dans le calendrier, mais plutôt divers jours fériés répartis séparément dans l’année. Et, de temps à autre, certains de ces jours fériés sont l’occasion de weekend prolongés. Du coup, les moments ‘vacants’ vont principalement dépendre de la filière/licence, mais aussi du cours et du (ou des) professeurs du cours.

« Et noël, dans tout ça ? », me diriez-vous.

Eh bien, il s’avère que c’est à peu près la même chose. Des jours fériés (comme le 25 décembre), mais aucunes dates officielles. Et cela dépend du cours et du professeur. Si je m’en tiens à mon expérience et ceux des personnes autour de moi, on observe que, en général, les professeurs s’octroient entre deux à quatre jours de vacances (après tout, eux aussi peuvent tenir à profiter de cette période de fêtes). …Mais impossible de savoir en avance. Et, les trois-quarts du temps, un devoir noté est à réaliser durant cette période de ‘pause’ (oui, il y a beaucoup de travail personnel demandé dans les universités suédoises). C’est un autre élément qui change la donne. A avoir en tête, en tout cas.

Complexe, hein ? Que garder de positif dans tout ça?

Vous l’aurez vous compris, l’organisation des cours universitaires en Suède, c’est quelque chose de complètement différent, voire complexe pour certains. Et l’absence de vacances officielles peut accentuer cette impression « d’être dans le flou ».

Alors pourquoi je tends à nuancer mes propos ? Pourquoi je pense qu’on peut garder quelque chose de positif dans tout ça ? Eh bien pour quatre raisons :

  • D’abord, ce nouveau système de gestion des cours peut perturber en amont, mais on s’habitue rapidement une fois sur place
  • Ensuite, parce que si vous partez pour une année entière, il y a des stratégies possibles lors du choix des cours qui permet d’éviter d’enchainer les cours à la suite. Comme, par exemple, en cumulant plus de cours le premier semestre pour alléger le second, ou l’inverse. Oui, je sais, j’ai précédemment déconseillé de superposer les cours, mais je parlais principalement de ceux à 100% (donc full, pas aménagés pour être à temps partiels). Donc, tant qu’il s’agit de cours dont la proportion est égale ou supérieure à 50%, c’est plutôt jouable. Et puis, après tout, tout dépend de vos capacités à gérer une importante masse de travail.
  • En plus, le temps de cours est tellement léger (autour de 6h de cours par semaine dans mon cas) ! Ce qui donne beaucoup de temps libre. Certes, en parallèles le travail demandé est conséquent, mais une fois habitué, on a plus de facilité à s’organiser de façon à s’autoriser des excursions
  • Enfin, certains jours fériés tombent juste avant ou juste après un weekend (notamment en avril), ce qui donnent de long weekend. C’est donc l’occasion d’explorer les environs, s’offrir une long voyage. Pourquoi pas une petite virée à Helsinki ?

Voilà pour ce moment « explication »! j’espère que cela aura été utile. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’en faire part ! 


Pour aller plus loin, voir aussi :

10 commentaires sur « Comprendre le système éducatif des universités en Suède #1| L’organisation des cours »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :